D’abord, je voudrais remercier toutes les personnes qui prendront le temps de lire cet article que je prends le temps de mon côté, d’écrire. Merci au soutien de toutes ces personnes qui ont toujours pris le temps de m’écrire des petits mots, des mots bienveillants, gentils et motivants. 

Merci également à mes proches qui se reconnaitront de me soutenir toujours dans mes décisions, mes projets, mes envies, mes lubies… et mes échecs.

Comme pour beaucoup, cette année 2020 n’a pas été de tout repos et sur tous les plans me concernant. Mais à mi-parcours de cette année, j’ai pourtant l’impression qu’elle a été décisive et qu’elle me permet de métamorphoser.

J’ai toujours été pleine de bonnes ondes, créative, toujours beaucoup d’idées et de nouveaux projets en tête, avec cette envie particulière de créer de grandes choses et d’aider les gens. Cependant à force d’échecs répétés, mais aussi ce besoin intempestif de “toujours donner le meilleur de soi”, de devoir être ambitieuse, j’ai perdu foi et perdu surtout ma confiance en moi.

C’est dans ce mood compliqué, et avec “cette charge mentale” qu’à commencer mon année 2020. Envie de tout claquer, de tout changer, rien allait plus. Rien n’avait de sens. Ce début d’année a été pleine de remises en question dans mon métier, dans la place que j’occupe dans ma famille et dans mes relations amicales.

Pourquoi cette année plus qu’une autre ? Je n’en sais rien. Parfois on explose à l’intérieur de soi sans que ce ne soit prévisible. Un trop plein de tout, des disputes, des pleurs, des peurs, des déceptions, (…) c’était partout et tout le temps. Evidemment, pour moi, le confinement n’a pas aidé au départ. Obligé de se retrouver face à l’ennui, à la même routine près de 4 mois à Londres, et se retrouver surtout… face à soi.

Et pour une fois je suis fière de moi, fière d’avoir fait face. Des années, des mois que je me sentais mal, pas en phase, avec mes proches mais surtout avec moi. J’avais ce besoin intersidéral qu’on m’aime, qu’on pense à moi, d’être la meilleure des amies, des filles, des petites-amies, des employées (…).

Article humeur bilan 2020
Article humeur bilan 2020

Je ne souhaite pas tout raconter, car j’en garde un petit peu dans mon jardin secret. Il y a pour moi, des ressentis, sentiments, questionnements ou émotions qu’il est important de garder pour soi. Mais j’ai besoin de me défaire de mon sentiment de culpabilité, de mal-être que j’ai vécu pendant de longues années à travers ces mots et cet article.  Aussi parce-que je sais qu’on est beaucoup à vivre ces mêmes situations, ces émotions si compliquées, si difficiles pour soi. Alors j’espère que cela vous aidera et vous rassura aussi, un peu…

A la moitié de mon confinement, il y a eu comme un jour “flash” : je le traduis par cette envie soudaine de vraiment tout changer mais surtout de commencer dès à présent. De ne plus remettre à demain cette prise en charge personnelle, de prendre soin de moi, MAINTENANT.

J’ai rencontré pour la première Marie Blanche Pennington, il y a 2 ans maintenant, à l’époque ça faisait donc 1 an et demi. Un RDV qu’avait organisé mon père pour mettre en exergue “mes talents” afin de mieux me connaître et de cette façon de mieux avancer dans mon quotidien. Marie Blanche est une coach que ce soit dans le personnelle que dans la vie professionnelle. Elle m’accompagne aujourd’hui dans ces 2 domaines depuis le confinement et à travers cet article d’ailleurs, je tiens à la remercier dans son aide, dans ses séances explosives qui ont formé ma délivrance dans mes maux, dans mes névroses.

“Une névrose est un trouble psychique dans lequel le sujet est conscient de sa souffrance psychique et s’en plaint.” Je savais, je sentais, j’en étais pleinement consciente, mais j’arrivais pas à faire face, j’arrivais pas à changer, JE N’Y ARRIVAIS PAS. Tous les premiers de l’an, je mettais en place de nouvelles habitudes pour un “moi mieux”, je prenais de bonnes résolutions, je me donnais des objectifs, et chaque année, … je n’y arrivais pas.

Marie Blanche m’a permis de m’aider à déverrouiller ces portes que j’avais pour la plupart moi-même fermées, déverrouiller des portes de l’enfance, de mon adolescence, de mes années d’études, jusqu’à aujourd’hui. Elle m’a aidé à voir ce que je n’avais pas envie de voir, ou ce mon inconscient avait prit plaisir à me cacher “pour me sauver”, “pour ne pas souffrir plus”.

A travers différentes séances, différents exercices (certains parfois très compliqués émotionnellement), aujourd’hui je peux le crier de façon sincère : JE ME SENS MIEUX, JE ME SENS BIEN. C’était long, intense, mais PUT*** quel bonheur aujourd’hui de pouvoir discuter, partager, parler, me confier à mes proches, en particulier mes parents, Henri, mes frères et soeurs, et mes meilleurs amis sans pleurer, sans m’énerver, sans crier. Je sais que je suis hyper-émotive, de ce fait, mes émotions ont toujours été décuplées, ce qui ne m’a jamais aidé. Cependant depuis que je l’ai compris, je sais comment faire de cette faiblesse, ma force, je me connais mieux, je peux enfin arriver à me protéger naturellement, sans rentrer dans des réactions difficiles dont mes proches avaient du mal à répondre, comprendre ou même juste vivre parfois. Les Hyper-sensibles sont très souvent mal compris, ils surréagissent pour se protéger, s’expliquer aussi.

En définitive, j’ai compris, entendus et écoutés : mes maux, mes névroses, appris à me connaître et à connaître mon côté hyper-sensible. J’ai développé de nouveaux projets, mis en place de nouveaux “outils” pour devenir celle que je souhaiterais ou tout simplement devenir aussi ce que je suis, mis un terme à certaines relations qui étaient devenus néfastes, nocives, ou simplement toujours négatives et pris de bonnes résolutions que je suis fière de tenir depuis plusieurs mois maintenant. Je continue à ce jour ce travail engagé et engageant que je me suis donné avec Marie Blanche. Il faut s’armer de patience, de compréhension, de recul. Rien arrive par hasard. Et le changement prend du temps.

Article humeur bilan 2020

Je suis heureuse de vous partager mon expérience, mes maux, mais surtout… mes délivrances. J’espère sincèrement que mes mots permettront à certains de lâcher-prise, de ne plus s’en vouloir pour ce qu’on vit, ce qu’on ressent. On est pas tous pareils, et beaucoup se cachent derrière des masques pour faire semblant que “tout va bien”. J’en ai fait partie. Je ne blâme plus pour cela, tout ce qui s’est passé, tout ce que j’ai vécu m’ont aussi construite, ou parfois déconstruite, mais ils ont surtout permis d’être sur le chemin de la reconstruction, et de devenir la femme que je souhaite être.

Passer par l’écriture n’est pas l’exercice le plus facile, il est compliqué, comme de le relire d’ailleurs aussi. Mais plus de PLEURS (de bonheur) que de mal. J’espère qu’il donner envie à ceux qui se retrouvent dans mes mots et dans mes maux, de faire face MAINTENANT, de se donner les moyens d’être heureux, tout simplement.

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à prendre le temps de me l’écrire par commentaire ou sur Instagram. J’aimerais par la suite vous parler plus de sujets sur le développement personnel avec une professionnelle sur le sujet, Marie Blanche.

J’ai hâte de vous retrouver bientôt dans un nouvel article, quel plaisir j’ai pris à revenir par ici et de vous parler à coeur ouvert.

Avec tout mon amour, votre Paulette

4 commentaire sur “Des mots, sur mes maux.”

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  1. Mylene says: 24 septembre 2020 at 19 h 19 min

    Je suis fière de toi ♥️

    1. Tiphaine says: 24 septembre 2020 at 22 h 00 min

      Bravo ma Bip Bip que c’est plaisant de te lire !

  2. Violaine Thiriet says: 24 septembre 2020 at 20 h 42 min

    ❤️ on pense fort à toi ma Lea , je suis tellement contente que tu te sentes mieux. C’est un très bel article qui va forcément trouver écho en chacun de nous ! Love

  3. Flomie says: 24 septembre 2020 at 22 h 09 min

    Ma belle, je t’aime fort.